O.JOANNEN, notre tisseur à bras nommé Chevalier des Arts et des Lettres

Savoir-faire16/11/2018

Olivier Joannen, Tisseur à bras de la Maison Pierre Frey nommé Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres

Artisans Comité Colbert 2018  © Julio Piatti

C’est à la demande du Comité Colbert, qui s’attache à valoriser les métiers de la main afin de susciter des vocations chez les jeunes, qu’Olivier Joannen a été nommé Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Maintenir des savoirs-faire hérités du XIXe siècle est une évidence pour la Maison Pierre Frey qui souhaite s’inscrire dans une tradition française d’excellence. Aussi, c’est avec fierté qu’elle voit le travail d’exception de son tisseur à bras récompensé.

Olivier Joannen a commencé à l’âge de 17 ans à apprendre le métier de tisseur à bras, métier désormais particulièrement rare, dont il est le seul à détenir le savoir-faire au sein de la Maison Pierre Frey. Formé par un Meilleur Ouvrier de France et un Maître d’Art, il devient au fil du temps un expert dans sa discipline. Il apprend d’abord à réaliser les noeuds sur les différents fils, puis à conduire les métiers à tisser à bras, du plus simple, métier à ratière pour les tissus unis, aux plus compliqués, métier jacquard pour le velours au fer, le damas, le lampas, la brocatelle.

1

C’est sur l’un de ses métiers à bras jacquard, datant de 1850, qu’Olivier Joannen travaille. Il est installé au coeur de l’atelier de tissage de la Maison Pierre Frey, certifié Entreprise du Patrimoine Vivant, à Montigny en Cambrésis, dans les Hauts de France.

Le travail d’Olivier Joannen, particulièrement complexe, n’est pas seulement une prouesse technique mais une aventure humaine tant le tisserand s’implique physiquement et moralement dans son oeuvre. À la façon d’un marcheur immobile, il appuie sans cesse sur les pédales du métier afin que les fils de chaîne se lèvent, puis, de son bras, installe les fers et lance la navette dans l’espace ainsi créé. De cette répétition, qui exige à la fois force et délicatesse, exigence et patience, naît peu à peu une étoffe aux mille reflets chatoyants.

Au-delà de l’étoffe, on devine en filigrane la relation intime qui lie l’artisan à son oeuvre et c’est ce qui la rend unique.

Rouleau velours Tigre tissage à bras © Marina Créaleg2

Quelques chiffres EXTRAORDINAIRES !
• Pour 1 mètre de tissu velours coupé produit par jour, le tisseur
donne 4200 coups de pédale, introduit 600 fers à la main et
1200 trames au lance-navette ; Il donne 1800 coups de
battant, il coupe 600 fois les fils au rabot et il extrait les 600 fers
après la coupe.
9742 fils de chaîne sont disposés sur le métier en 65 cm de
large, soit 150 fils de chaîne au centimètre.
1 semaine est le temps nécessaire à la mise de mise en place
par le tisseur, d’un nouveau projet de tissage et de nouveaux
coloris de fils.
• Olivier Joannen tisse en moyenne 200 mètres de velours de
soie par an à raison d’1 mètre par jour, pendant qu’un tisseur sur
métiers modernes peut produire jusqu’à 500 mètres par jour en
conduisant 10 machines simultanément.

Tissage velours Tigre  © Dorothée Demeyleg

La Remise des Médailles de l’Ordre des Chevaliers des Arts et des Lettres a été organisée avec le Comité Colbert et le Ministre de la Culture le 8 novembre 2018

Comit+®_Colbert-®_Julio_Piatti_ Remise_Arts_et_Lettres_8_novembre_2018-11Olivier Joannen et Franck Riester, Ministre de la Culture – ©Julio Piatti

Comit+®_Colbert-®_Julio_Piatti_ Remise_Arts_et_Lettres_8_novembre_2018-21

L’ensemble des Nominés à l’Ordre des Chevaliers des Arts et des Lettres et Franck Riester, Ministre de la Culture - ©Julio Piatti

 

Le Restaurant LE CONTI

Savoir-faire20/10/2018

Une moquette unique adaptée de la célèbre broderie Braquenié « Le Rocher » pour le Restaurant Le Conti à Paris

Situé entre l’Etoile et le Trocadéro, le restaurant Le Conti était déjà une adresse incontournable pour les amateurs de gastronomie italienne et les admirateurs du luxe boisé des antiques théâtres vénitiens. Cette année, le lieu s’est fait peau neuve en faisant appel aux services du jeune architecte d’intérieur franco-libanais Bilal Deshayes.

Le Conti_Bilal Deshayes_Paris FR_03_TA-B-Le Rocher_©Pierre Frey

 

 Après avoir entamé sa carrière auprès de Laura Gonzalez, figure phare de l’univers actuel de la décoration parisienne, ce dernier fonde son studio en 2016 et fait ses preuves en réalisant avec brio plusieurs intérieurs de restaurants parisiens, tous emprunts d’un délicat travail artisanal des matières et d’un goût pour un classicisme respectueux de l’histoire, immanquablement élégant et intemporel.

Le restaurant Le Conti ne déroge pas à cette règle. Bilal Deshayes a respecté l’identité originelle du restaurant chaleureux et intimiste qui, selon lui, « possédait déjà une vraie âme« .

 

LEG

Fidèle à cet esprit et dans un désir de faire évoluer l’ensemble sans toutefois le dénaturer, le décorateur cherche alors à souligner le caractère classique du restaurant par des choix contemporains épurés qu’il marie aux pièces classiques fortes. Les bois sont laqués de noir, les murs repeints d’un rouge empereur et, véritable signature, le décorateur fait appel à la Maison Pierre Frey pour la réalisation d’une moquette sur-mesure qui recouvre l’ensemble du sol du lieu.

 

LEG2

Avec les conseils des experts de la Maison Pierre Frey, c’est l’écaille iconique de la broderie Braquenié « Le Rocher » qui est choisie pour être adaptée en motif moquette. Bilal Deshayes avoue vouer une adoration de longue date à l’archive emblématique et avoir trouvé, au travers de ce projet, une occasion de l’utiliser enfin. Le résultat est splendide et témoigne du talent du studio de création Tapis à transposer dessins et techniques dans des pièces convaincantes.

 

LEG3

La nouvelle collection Natecru déploie ses grandes largeurs

Savoir-faire18/09/2018

Natecru, une vaste gamme de tissus grande largeur, subtils et raffinés 

F3326001_SINKI_plissélegSinki

Avec NATECRU grandes largeurs, Pierre Frey s’offre un exercice de style stimulant : sublimer les matières en limitant volontairement la gamme chromatique. Après Natecru lin, Natecru laine et Natecru soie, cette nouvelle collection explore le thème des grandes largeurs (tissus dont la laize mesure environ 3 mètres).

F3295001_ERYTHEA_rideauF3295001_ERYTHEAErythea

Les matières naturelles telles le lin ou le coton sont largement mises à l’honneur et quelques étoffes Trévira CS à l’aspect naturel bluffant complètent la collection. La diversité des tissages et des broderies génère une multitude de tissus aux looks tour à tour rustiques, bruts, sophistiqués, contemporains ou intemporels. Evanescentes, denses ou structurées, ces étoffes se jouent de toutes les presciences. 

 

F3242002_PAISLEY_plissélegPaisley

Cette collection composée de voiles travaillés, d’unis au fort pouvoir de désirabilité, de piqués délicats, de jacquards aux motifs rayés, géométriques ou plus classiques, repense les codes des grandes largeurs et propose une large gamme de matières.

 

F3331001_MAGDI_plissélegMagdi

 

F3296002_LOUXOR_rideauLouxor
F3310001_SOBECK_plissélegSobeck
F3332001_CESARIONCesarion
F3304001_SALAMA_rideauSalamas
F3297001_APOPI_plissélegF3297001_APOPIApopi

 

 

Yeti et Malou, de nouvelles Laines d’exception

Savoir-faire18/09/2018

PF_2018_YETIleg

Malou et Yeti,
deux nouveaux lainages tissés et une multitude de couleurs

Tissées dans les ateliers Pierre Frey du Nord de la France, YETI et MALOU forment un magnifique duo et mettent en lumière toute l’expertise des artisans et de l’atelier dans le tissage des fils de laines.
Matières nobles et naturelles, les laines présentent différentes catégories de fibres selon les pelages des animaux dont elles proviennent, leur sélection et le climat où les troupeaux paissent. Les fils, très techniques à tisser, requièrent un matériel adapté et un savoir-faire précis. Selon qu’ils soient cardés ou peignés, leurs écailles sont plus ou moins saillantes, l’aspect du fil plus ou moins lisse et sec ou, au contraire, laineux et poilu. YETI et MALOU se complètent et présentent 2 tissages exceptionnels aux fils chinés, aléatoirement reliefés, aux fibres longues et sensuelles.

Yeti, créé dans un esprit 70’s, est un uni de laine, mohair et alpaga à poils longs, idéal pour le siège.

Malou propose une texture contemporaine aux couleurs rétro et mêle également alpaga, laine et mohair.

PF_2018_MALOUlegMalou
PF_2018_MALOU_450_PF450MESTlegMalou châtaigne
PF_2018_MALOU_MATTHIEU_TB003legMalou abeille
PF_2018_YETI_477 PF477POST VlegYeti sous-bois
Images : Anne-Emmanuelle Thion, Philippe Garcia

Le Grand Génois à l’honneur dans Vogue Magazine

Savoir-faire07/06/2018

« Ce tissu habille les pages de Vogue—Voici son histoire ». C’est ainsi que Lilah Ramzi entame son article dans le Magazine Vogue, mettant à l’honneur le fameux tissu Braquenié en décrivant chaque détail du motif et de son histoire, et en dévoilant les plus beaux intérieurs qu’il a revêtu.

 

00-story-image-tree-of-life-textileLa librairie-salle à manger de Caroline Sieber et sa fenêtre avec l’Arbre de vie Braquenié en tenture. Photographié par Oberto GiliVogue, Décembre 2015

Reprenant les mots de Lilah Ramzi,retour sur un motif phare et emblématique de Braquenié.

L’arbre de vie, un motif historique

L’Arbre de vie fait l’objet d’une vive popularité autour du monde depuis des siècles. Ce motif aux branches mêlées, arborant fruits et légumes luxuriants, possède différentes significations. Dans la Bible, comme le mentionne Lilah Ramzi, l’Arbre fait référence à une version décrite dans le Livre des Révélations, où un fruit différent y mûrit chaque mois de l’année – une autre interprétation est celle de l’Arbre dont provient le fruit interdit cueilli par Eve. La journaliste nous apprend aussi que dans la mythologie chinoise, le motif est souvent accompagné du dessin d’un phoenix et d’un dragon ; puissants symboles de la réincarnation et de l’immortalité. C’est sous un arbre que le Buddha atteint l’Illumination. De tous temps et en tous lieux, l’Arbre de vie est un symbole récurrent, spectacle éblouissant dans toutes ses incarnations.

01-tree-of-life-textileFauteuil et coussins arborent le fameux imprimé dans le salon de Carolina Irving. Photographié par  François HalardVogue, Octobre 2006
 
 
 

Le goût pour « l’orientalisme » de la France du XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle, la France était le haut lieu de l’industrie textile, explique Lilah Ramzi. Chaque région avait son excellence dans un savoir-faire spécifique, d’exception. Lyon perfectionnait ses techniques d’élevage de la soie tandis qu’à Paris, la fameuse manufacture de tapisserie des Gobelins répondait aux magnifiques commandes de la cour royale. La ville de Jouy était quant à elle reconnue pour ses imprimés sur coton représentant des scènes de genre, plus célèbres sous leur nom de « toiles de jouy ». En ce temps là, on observe un engouement pour l’exotisme dans les arts décoratifs. Les textiles sont jonchés de pagodes et de chapeaux coniques en écho aux goûts croissants pour le japonisme. Jusque dans la Mode d’alors, des motifs de chintzes luxuriants accompagnés de grenades et des fleurs de lotus à l’Indienne se retrouvent sur les jupes et les robes.  »L’Orient » était l’objet de tous les imaginaires et motif d’inspiration, les français puisaient loin dans ces motifs pour en faire une réinterprétation plus locale. C’est dans ce contexte, nous introduit Lilah Ramzi, qu’Alexandre et Charles-Henri Braquenié de la célèbre compagnie textile Braquenié menaient la tendance, l’un de leur motif le plus iconique étant cet Arbre de vie, si chéri et symboliquement chargé.

 
02-tree-of-life-textileLes murs d’une chambre d’amis dans le vaste domaine du XVe siècle de Gela Nash-Taylor dans le Wiltshire, England sont décorés avec l’imprimé Braquenié. Photographié par  François HalardVogue, Septembre 2009
 
 

Le célèbre « Le Grand Génois » de Braquenié

Le Grand Génois se présente comme un fond pâle où grimpe vers le haut un arbre, ses branches vaporeuses décorées de jets de feuilles de jade et des contours de fleurs de lotus, les pétales s’épanouissant comme les plumes d’un paon. Très célèbre et synonyme de l’identité de la Maison Braquenié, ce motif est en réalité une copie : les frères Braquenié ont découvert ce dessin imprimé sur un palampore indien (châle à motif floral) et l’ont reproduit pour leur marché. Le dessin de l’Arbre de vie reste inchangé de son original, teint, peint et imprimé au tampon de bois. Toutefois, les frères Braquenié ont légèrement modifié la construction du motif afin de l’accommoder aux sensibilités françaises. L’archiviste de Braquenié Sophie Rouart explique, « ils ont isolé des éléments pour créer des bordures vierges encadrant le dessin, afin qu’il puisse être appliqué aux murs de telle façon que l’imprimé puisse envelopper une pièce ».

 
03-tree-of-life-textileDaniel Romualdez rend hommage à la demeure Le Jonchet dans cette chambre de maître de sa maison du Connecticut. Photographié par Oberto GiliVogue, Octobre 2012
 
 

L’Arbre de vie dans ses lieux

Depuis des années, le Magazine Vogue a publié dans ses pages des images de lieux où le motif apparaît. Dans les demeures de Caroline Sieber, Daniel Romualdez, Carolina Irving, Gela Nash-Taylor, l’arbre de vie s’accorde aux intérieurs. Selon Lilah Ramzi, la plus belle application de l’imprimé dans la décoration intérieure récente est sans l’ombre d’un doute celle que l’on trouve dans la demeure XVIIe siècle de Mr. Hubert de Givenchy’s, Le Jonchet, situé à Beauvais à l’extérieur de Paris. Givenchy a décoré l’endroit avec le mobilier de Diego Giacometti (le frère d’Alberto) et les peintures de Joan Miro, le jardin aussi finement apprêté que les silhouettes qu’il habilla tout au long de sa vie. La pièce la plus célèbre (et la plus photographiée) de cette demeure est une ode à l’arbre de vie. Chaque recoin – murs, chaises, lit et canopée du lit – est tapissé du Grand Génois, façonnant un splendide décor de camouflage, imprimé sur imprimé. Un lieu phénoménal, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 
04-tree-of-life-textile-La somptueuse utilisation du motif par Hubert de Givenchy dans sa demeure Le Jonchet. Photographié par Karen RadkaiVogue, Octobre 1982
 
 

Un motif éternel et intemporel

Depuis la première publication dans Vogue en 1982 (à propos du Jonchet), les images du Grand Génois n’ont cessé de réapparaître dans d’autres multiples intérieurs, objets de parutions. Pour expliquer cette capacité du tissu à transcender le temps et notre goût récurrent pour les dessins imprimés, décoratifs, Sophie Rouart avance, « Tout d’abord, c’est spectaculaire. C’est comme une peinture, puisque nous avons ces fameux bords blancs qui font office de cadre ». Peut-être l’Arbre de vie lui même, symbole d’éternité, a quelque chose à voir avec l’inexorable attirance ressentie pour Le Grand Génois. Et à Lilah Ramzi de conclure : « Les Frères Braquenié ne pouvaient imaginer combien ce dessin allait vivre longtemps… »

Depuis la reprise par la Maison Pierre Frey de Braquenié en 1991, un point d’honneur est mis à la préservation de la richesse des imprimés d’archives de Braquenié, continuellement produites, actualisées, et à la perdurance des techniques traditionnelles ancestrales : un savoir-faire unique depuis le XVIIIe siècole, à la qualité inégalable.

B756A001 V2Le Grand Génois
 
 
Remerciements à la journaliste Lilah Ramzi.  Toutes les images proviennent du ©Vogue Magazine. Pour lire l’article entier (en anglais uniquement), aller sur: https://www.vogue.com/article/braquenie-tree-of-life-history

Un livre et une exposition rendent hommage au grand-père de Patrick Frey

Savoir-faire24/05/2018

René Prou, Entre Art Déco et Modernisme

BBB

Pour la première fois un livre et une exposition rendent hommage à l’oeuvre de René Prou (1887-1947), décorateur avant-gardiste et figure centrale du mouvement Art déco.

 signe-videb3

La Maison Pierre Frey expose René Prou, une passion des arts décoratifs en héritage

          Patrick Frey, actuel président et directeur artistique de la Maison Pierre Frey, est le petit-fils de René Prou. Très admiratif de l’oeuvre de son grand-père, il vit au milieu de quelques-unes de ses créations et conserve précieusement documents, gouaches originales et photos.
À l’occasion de la sortie du livre René Prou. Entre art déco et modernisme, Patrick Frey rend hommage à ce grand décorateur-ensemblier par l’organisation d’une exposition dans le showroom de la Maison Pierre Frey. Une grande boîte mettant en scène les différentes facettes de sa créativité sera installée au milieu du showroom. Inspirée par la cabane meublée et chauffée conçue par René Prou en 1942 pour le salon de la comtesse Greffulhe, elle évoque également son travail sur l’aménagement intérieur des paquebots, qui consistait à créer une boîte dans la boîte, et sur la mise en valeur de l’espace clos des wagons-lits. Pour l’occasion, un fauteuil en rotin créé en 1931 par René Prou fera l’objet d’une nouvelle édition unique par les ateliers de la Maison Pierre Frey.
Soixante-cinq objets seront présentés provenant de la collection personnelle de la famille ou prêtés par des galeries, musées ou particuliers collectionneurs*. On y découvrira l’ouvrage de René Prou, ambassadeur du voyage, à travers ses créations pour la Compagnie internationale des wagons-lits et pour la Compagnie générale transatlantique, son travail sur le bois et sur le métal, son style défini par le galbe et la courbe des piètements en métal… Une certaine idée d’un luxe simple qui fit de René Prou, aux côtés de Ruhlmann, Leleu, Dunand, Subes ou Brandt, une figure centrale du mouvement Art déco.

*Maison Fontaine, Galerie Jacques Lacoste, Maison Louis Vuitton, musée des Années 30 de Boulogne-Billancourt, Orient-Express, Alessandro Bellenda, Alain Blondel, Jean-Marc Daillance, Jean-Pierre Paschal, Christine Constantin, Patrick Frey.
 
 
 
vfvg
 
 

L’oeuvre méconnue du décorateur-ensemblier racontée dans un livre

           René Prou tient une place importante dans l’histoire de la décoration de l’entre-deux-guerres, notamment en tant qu’artiste décorateur du voyage. Il participe à la décoration de quinze paquebots de la Compagnie générale transatlantique, nouvelle ambassade du luxe français, puis à la modernisation, d’un esthétisme luxueux, des cabines de l’Orient-Express pour la Compagnie internationale des wagons-lits.
René Prou favorise la simplicité des lignes, l’harmonie des couleurs et la proportion des volumes. Le mobilier qu’il conçoit est confortable, audacieux, convivial et élégant. Il utilise les belles matières telles que les bois exotiques, l’ivoire, la laque, qu’il décore de motifs végétaux stylisés. Il est en permanence en quête d’innovations que l’industrie met à disposition : l’aluminium, le Duralumin, qu’il utilise pour leur légèreté et leur durabilité ou les revêtements en plastique qui décorent avec goût les sols aux formes géométriques et colorées des paquebots. Il intervient sur tout dans les moindres détails et crée une collection de serrures décoratives ou se passionne pour la diffusion de la lumière.
Entre 1928 et 1932 il dirige Pomone, l’atelier d’art du Bon Marché, dans le but d’offrir à une clientèle moins fortunée des pièces décoratives contemporaines et accessibles fabriquées en petites séries. Dans son magasin du faubourg Saint-Honoré qu’il ouvre en 1938, il présente des objets décoratifs, son mobilier signé de pieds courbes et fins dont il fera sa marque de fabrique, ainsi que les tissus de sa fille aînée, Geneviève. Très pédagogue, il devient l’ambassadeur de la décoration auprès des jeunes et enseigne à l’École des arts appliqués de la Ville de Paris ou innove en formant des femmes aux arts décoratifs.
Par sa formation classique, sa vision de la décoration et sa logique de designer industriel, il imposera son style, à la croisée des courants Art déco et moderniste. Il eut cette phrase sublime synthétisant son état d’esprit quant à la querelle opposant la Société des artistes décorateurs et l’Union des artistes modernes : « En art, le plagiat seul est blâmable et généralement laid. » En filigrane apparaît ainsi la figure d’un homme libre doté d’une grande ouverture d’esprit qui sut faire confiance à son génie créatif.

Les auteurs
Anne Bony (texte) est historienne de l’art, spécialisée dans les arts décoratifs. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages et notamment d’une importante collection consacrée aux arts décoratifs par décennie, de Design, une histoire de 1851 à nos jours et de Ingrid Donat.
 
Gavriella Abekassis (biographie) a consacré ses masters I et II en histoire de l’art, à l’université Paris-Sorbonne, à l’oeuvre et la carrière de René Prou. Elle a pour principaux sujets de recherche les arts décoratifs de l’entre-deux-guerres et l’art contemporain.
 
 

Informations

le livre
René Prou. Entre Art déco et modernisme
Éditions Norma – 25 x 30,5 cm – 256 pages
Parution 19 avril 2018 – Prix de vente : 65 €
l’exposition
du 24 mai au 16 juin 2018
au Showroom Pierre Frey
27, rue du Mail 75002 Paris – lun au ven 9h30-18h / sam 11-18h

43

65

28leg

PAGE 57

Page 255

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parcours au Salon du Meuble de Milan

Savoir-faire17/04/2018

MILAN DESIGN WEEK : RETROUVEZ NOUS !

montage1

Paradigm, l’exposition – Chez Nina, le club – I Segni del tempo, la boutique

 1. Paradigm, l’exposition de Fabrica x la Maison Pierre Frey 

Paradigm, exposition conçue par Sam Baron et les designers de FABRICA,* offre un voyage unique au travers d’une série d’installations questionnant le rôle de l’image dans le processus de création du design contemporain, brouillant les frontières entre l’objet et sa représentation, créant un espace où l’objet est li’mage, et l’image est l’objet. Cet évènement a lieu dans l’espace Ventura Stazione, reconnu pour ses sélections visionnaires en dehors du cadre traditionnel du Salon, mettant en scène le renouveau de la scène du design contemporain et ses nouvelles formes d’expression. Cet endroit accueille également de grandes figures internationales telles que la hollandaise Li Edelkoort ou le magazine américain Surface.

*le centre de recherches italien créé par Benetton, considéré comme l’un des principaux noyaux de la scène des jeunes créatifs contemporains.
Ventura Centrale – via ferrante aporti 19, Milano – 17>22 /04/18

tout

tt

2. « Chez Nina » la boîte de nuit d’India Mahdavi avec les velours « True Velvet »

L’architecte et designer India Mahdavi, reconnue pour être « la reine de la couleur », a conçu avec Pierre Frey sa toute première collection de tissus, intitulée « True Velvet » et sortie en septembre dernier. A l’occasion du Salon du Meuble milanais, elle utilisera ces références sur les banquettes du night-club « chez nina », espace du premier étage de la célèbre galerie Nilufar sur lequel elle a eu carte blanche pour imaginer, en exclusivité durant la design week, un lieu unique.

«Le Velours est l’un des seuls tissus qui n’a pas seulement un aspect tactile et sensuel, mais également un profond potentiel coloré et lumineux. Avec cette collection, j’ai voulu embrassé ce qui a toujours été une notion clé dans mon travail : une dimension joyeuse, puissante, colorée, totale.» India Mahdavi
ouvert au public du 17 au 22 avril 2018 (horaires: 10h – 20h) - 1er étage de la Galerie Nilufar,Via della Spiga 32 

180315-nilufar-render-hd_0

3. I Segni del Tempo, la boutique présentant les collections Arapahos + True Velvet 

La boutique de tissus d’ameublement I Segni del Tempo est constamment à la recherche des meilleures étoffes pour satisfaire les désirs de ses clients et venir le surprendre, tout autant pour la qualité des références que pour l’éloquence de leurs couleurs et motifs. A l’occasion du Salon du Meuble de Milan, les nouvelles collections de la Maison Pierre Frey « Arapahos » et « True velvet » seront présentées dans une mise en scène spéciale au sein du showroom.

I Segni del Tempo – via marco formentini 4, Milano (horaires : 10h-20h)

ilsognideltempo

Où nous trouver :

LA FABRICA & PIERRE FREY
PARADIGM EXPOSITION
 17-22 Avril 2018 
VENTURA CENTRALE 
Via Ferrante Aporti 19 – Milano

INDIA MAHDAVI POUR PIERRE FREY 
TRUE VELVET COLLECTION
NILUFAR GALLERY
Via della Spiga, 32 – Milano

LES COLLECTIONS PIERRE FREY ARAPAHOS & TRUE VELVET 
A LA BOUTIQUE I SEGNI DEL TEMPO 

Via Marco Formentini, 4 – Milano

map

SMM2018_adv_A4_ITA_sito.indd

MAISON ALMA x PIERRE FREY en exclusivité à Bergdorf&Goodman NYC

Savoir-faire26/03/2018

 

Maison Alma-3514

Sans titre-2

A partir du 29 mars, la jeune marque franco-colombienne  MAISON ALMA présentera en avant-première sa nouvelle collection Spring/Summer 2018  dans un Pop-up Store éphémère au sein du grand magasin de luxe Bergdorf&Goodman à New-York. Il s’agira du premier lancement de la marque aux Etats-Unis. Les 3 sacs et 8 manteaux de cette collection sont le fruit d’une collaboration avec la Maison Pierre Frey. 

bu

Quand l’héritage Latino-américain de la Maison Alma rencontre le savoir-faire à la française de Pierre Frey, cela donne naissance à une collection de manteaux et de sacs haute en couleurs !

Pour sa nouvelle collection SS18 LA BOTANICA, Maison Alma a puisé dans les riches imprimés et broderies de la Maison pour en extraire les plus représentatifs de sa culture latino-américaine. Tissus aux motifs tropicaux et fleuris incarnent la diversité des couleurs et matériaux hérités de l’esthétique luxuriante et de la nature foisonnante de ces pays du Sud. Les manteaux et sacs qui en résultent se présentent comme des pièces manifestes, éloquentes, qui viennent magnifier la garde-robe. Chaque pièce est une véritable invitation au voyage qui nous emmène au coeur de cet héritage de l’Amérique du Sud et de sa Joie de vivre.

Fondée en 2017, MAISON ALMA s’inspire de la décoration des maisons d’Amérique Latine pour créer des pièces uniques faites à la main en Colombie à partir de tissus Pierre Frey.  Associant l’héritage de sa culture d’origine sud-américaine, pour laquelle elle voue une véritable passion, au savoir-faire d’exception français et au mode de vie citadin dont elle fait désormais partie, Maison Alma imprègne ses créations d’un riche métissage tout à la fois chic, colorées, délicates et inattendues. Ces collections limitées témoignent de l’attention particulière que la créatrice porte à ses pièces. Chacun de ces « garments with soul » (« vêtements avec une âme ») est confectionné avec soin afin de mettre le plus justement en valeur le tissu et de concevoir des objets qui durent dans le temps. Maison Alma porte haut ses valeurs autour de l’artisanat et de la tradition, une attention constante aux matériaux et à la confection jusque dans les moindres détails.

« Dans la pure tradition française, La Maison Pierre Frey combine un studio de création inventif et profondément éclectique à des designers de talent, maîtres tisserands, imprimeurs et brodeurs. Ils imaginent des combinations magistrales et audacieuses de matériaux, de motifs et de couleurs »

F3163001_FLEURS DE CHINE

3

F29550011_AlohaF3250001_PAPIERS DECOUPES

La collection LA BOTANICA présente trois des nouveaux imprimés de la Maison Pierre Frey : Bonsaï, Garden Party et Papiers Découpés.

Bergdorf & Goodman  - 754 5th Ave - New York, NY 10019 – États-Unis

Les manteaux et accessoires seront prochainement disponibles à la commande sur www.maison-alma.com.

1 copie

Concini : la vidéo d’une impression chaine sur fils de soie

Savoir-faire16/03/2018

Le tissu Concini ravive des techniques d’impression traditionnelles devenues rarissimes, mais au rendu exceptionnel et à la qualité incomparable.

Pour découvrir les précieuses étapes de cette fabrication, nous vous invitons à pénétrer avec nous les manufactures suisses et lyonnaises où de talentueux artisans préservent ce savoir-faire unique q’ils accomplissent, sous nos yeux. 

Concini : la démonstration d’un savoir-faire unique

Savoir-faire14/03/2018

lemanachlogoConcini Decollage de la toile 4 © M. Crea-light

                 Concini, l’incroyable étoffe

         Dans la lignée de la collection de papiers peints Héritage, la Maison Pierre Frey continue de mettre à l’honneur le savoir-faire unique de ses artisans et la richesse des collections léguées par la Maison Le Manach. Issu d’une archive originale du 17ème siècle, Concini représente un dessin emblématique de ce fonds patrimonial. En véritable esthète, le studio Pierre Frey décide de reproduire à l’identique des gestes ancestraux et sélectionne leur meilleur expert pour faire renaître en édition cette exceptionnelle impression sur chaine, permettant d’obtenir le subtil fondu des motifs et des couleurs à l’effet flouté si caractéristique.

test

IMG_2028light

 

UN LONG ET MINUTIEUX SAVOIR-FAIRE

La beauté qui réside dans la finesse et le raffinement de l’étoffe nécessite de passer par un processus de fabrication patient et précis, composé de plusieurs étapes dont le but est d’imprimer d’abord le motif sur les 10 000 fils de soie de la chaine pour venir tisser dans un second temps l’ensemble du tissu. Cela représente en tout près de 140 heures de travail pour 46 mètres d’étoffe.

L’exigence de cette production est à la hauteur du résultat, d’une subtilité inégalable dans les procédés plus rapides qui s’opèrent aujourd’hui. Conçu dans des ateliers d’excellence à Zurich puis à Lyon, Concini est un véritable trésor incarné des talents de l’artisanat textile. 

Concini Tissage en blanc 11 © MCrea

6

Concini lavage 8 © MCrea

Concini detissage 5 © MCrea

Concini Nouage 4 © D. Demey

2

Concini Detissage 12 © D. Demeylight

Concini Tissage 1 © D. Demey

 

Pour en savoir plus sur l’enchaînement des différentes étapes nécessaires à la confection exceptionnelle de Concini, nous vous invitons à regarder notre vidéo ci-dessous.


Vous pouvez également consulter notre brochure illustrée et détaillée ici :

APPARATUS - ISFAHAN - SAND - WIDE

Collaboration Le Manach x Apparatus


lire la suite
pierre-frey-5

Pierre Frey met en scène la vente « Collector » de Christie’s


lire la suite